Beauté, DIY & lifestyle au naturel

Cosmétiques maison sans surconsommation ni gaspillage

Souvent sur les blogs et forums je lis que certaines trouvent que la cosmétique maison engendre du gaspillage. Que, tentées de tester de multiples recettes, beaucoup se retrouvent submergées par les pots et flacons de matières premières entamés et jamais terminés.

Comment fabriquer ses propres produits intelligemment, sans gaspillage et ainsi éviter ainsi la surconsommation ?

Cosmétiques maison sans gaspillage

Étiquetage

Il est important de savoir depuis combien de temps un produit est ouvert. Pour tous mes ingrédients je colle une étiquette avec la date d’ouverture.

Comme cela je peux avoir une idée si un produit doit être utilisé rapidement sous peine d’être jeté.

Mode de Conservation

Tout d’abord la première règle à appliquer est la conservation des produits. Pour que vos ingrédients ne se périment pas rapidement vous devez respecter leur mode de conservation.

Les huiles essentielles se conservent à l’abri de la lumière, je les conserve dans une boite en bois. Les hydrolats se mettent au frigo ainsi que certaines huiles végétales sensibles à l’oxydation (rose musquée, onagre…). Les autres huiles végétales se conservent à température ambiante à l’abri de la lumière.

Durée de conservation

Dans tous les cas essayez d’acheter des ingrédients dont la date de péremption est éloignée.

Officiellement une huile essentielle se conserve 5 ans. Mais si vous la conservez dans des conditions optimales (à l’abri de l’air, de la lumière et des changements de température trop forts) elle peut garder ses propriétés jusqu’à 10 ans. A noter cependant que les essences d’agrumes se conservent maximum 3 ans.

Au-delà de ces durées, vous pouvez utiliser vos huiles essentielles pour leur parfum (et non pour leurs propriétés thérapeutiques).

Un hydrolat se conserve 6 mois à 1 an au frigo (attention, si vous l’utilisez pour cuisiner par exemple vous devez l’utiliser dans les 2 mois qui suivent l’ouverture).

Pour les huiles végétales, leur durée de conservation varie en fonction de leur capacité à s’oxyder. Les huiles sensibles (onagre, amande douce, rose musquée, etc.) se conservent maximum 8 mois au frigo. Quant aux huiles peu sensibles à l’oxydation (abricot, chanvre, argan) vous pourrez les garder 1 an et demi, voire plus.


Ne pas vouloir tout tester

Il est vrai que lorsque l’on découvre la cosmétique maison, enfin pour ma part, on a souvent envie de tout tester. Que ce soit sur des sites spécialisés, des blogs ou des forums, on se retrouve à l’affût de toutes les recettes possibles et imaginables.

Tout comme dans la cosmétique industrielle, ne vous laissez pas impressionner et tenter par toutes les promesses des recettes.

Une fois que j’ai trouvé la recette qui me convient, je m’y tiens, en changeant parfois une huile essentielle ou autre dans sa composition.

Cela me permet de gagner beaucoup de temps dans la préparation de mes produits. Et j’évite ainsi d’accumuler une multitude de matières premières que je ne réutiliserai pas forcément.

Utiliser son stock

Pour ne pas avoir à jeter des ingrédients, je vérifie régulièrement dans mon stock ceux qui arrivent bientôt à expiration. Une fois identifiés, j’essaie de les utiliser. Comment ? En variant mes recettes. Dernièrement j’ai remplacé l’huile de jojoba par de l’huile de lys dans mon fluide de jour et pour mon huile démaquillante j’ai mélangé de l’huile de chanvre à de l’huile de de Kukui.

Cela me permet de faire de belles découvertes et tester de nouvelles recettes. Bien entendu, j’étudie au préalable les vertus de l’ingrédient en question et m’assure qu’il soit bien compatible avec la recette au niveau de ses propriétés et des proportions utilisées.

Aussi, quand je teste de nouvelles recettes et qu’il me manque un ingrédient, plutôt que de me précipiter à l’acheter, je regarde s’il n’est pas interchangeable avec une matière première de mon stock. Par exemple l’huile de bois de hô peut très bien se substituer à l’huile de rose. Ses propriétés sont très semblables et de plus elle est beaucoup moins chère.

Identifier les indispensables

A force de faire de la cosmétique maison, je me rends compte quels sont les huiles essentielles, huiles végétales et hydrolats qui me sont indispensables. De plus, j’essaie de ne pas accumuler les produits qui se périment vite, tels que les hydrolats. À force j’ai identifié les indispensables et certains sont interchangeables.

En suivant ces conseils vous arriverez, je l’espère, à penser « raisonnable » dans vos fabrications maison de cosmétiques.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour éviter le gaspillage dans la cosmétique maison ?


Cath

Adepte de beauté et bien-être au naturel, je vous livre mes conseils, coups de cœur et recettes home made cosmétiques et maison préférées.


2 réponses à « Cosmétiques maison sans surconsommation ni gaspillage »


  1. Merci pour ces précisions, j’avais envie d’essayer de faire des cosmétiques maison mais étais pour l’instant freinée par la multitude de produits. Car si cela revenait plus cher et qu’on produit plus de plastique et déchets, cela ne m’intéressait pas trop, mais j’ai changé d’avis ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.